• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Google+
 
Global  
 
 

Un programme sur mesure en BIM et VDC pour nos équipes à l’université Stanford

WSP | Parsons Brinckerhoff forme ses employés en modélisation des données du bâtiment (BIM) et conception et construction virtuelles (VDC) au Center for Integrated Facility Engineering (CIFE) de l’Université Stanford.

 

Finissants 2015 du programme personnalisé VDC-BIM à Stanford

1ere rangée, de gauche à droite: Steve Si Tran, É-U; Francois Steyl, Afrique du Sud; Vincent Plourd, Canada; Stephanie Upson,É-U; Ashok Rajamani, Singapour. 2è rangée, de gauche à droite: Dave McAlister, É-U; Jay Mezher, É-U; Martin Fischer, Stanford University; Mike Williams, Project Production Institute; Simon Smith, Australie; Mark Patis, Australie; Andrew Powell, R-U.

Le nouveau programme en ligne est unique en son genre et a été développé spécifiquement pour notre firme lorsque la VDC/BIM est devenue une pratique généralisée au sein de notre organisation. En décembre 2015, la première cohorte a été diplômée lors d’une cérémonie de graduation au campus de Palo Alto, Californie.

La VDC/BIM a révolutionné la façon de travailler des ingénieurs – entre eux et avec les clients. Ne soyez pas confondus par le mot « bâtiment » : la modélisation des données du bâtiment (BIM) est tout aussi pertinente pour l’ingénierie civile.

La VDC/BIM combine technologie et procédés de travail et s’applique au cycle de vie complet du projet. Cela apporte des économies de temps et de budget et permet des estimations plus justes, tout en prévenant la perte d’information qui causerait des erreurs, des modifications et du travail à refaire. Afin de bénéficier de tous les avantages de la VDC/BIM, les industries de l’architecture, de l’ingénierie et de la construction doivent adopter des méthodes de travail fondamentalement nouvelles.

« Ce programme porte sur la compréhension des incidences de la technologie sur le processus de livraison, les produits et l’organisation des projets », explique Jay Mezher, directeur, conception et construction virtuelles, chez WSP | Parsons Brinckerhoff et diplômé du programme initial du CIFE dispensé sur le campus. « Il couvre tout, de la théorie derrière la VDC/BIM jusqu’aux outils utilisés dans la réalisation. »

Le programme de certification place WSP | Parsons Brinckerhoff à la fine pointe des pratiques de l’industrie, selon Martin Fischer, directeur du CIFE, qui est également professeur de génie civil et environnemental à Stanford. « La firme démontre son engagement envers l’avenir. Il en découle des paramètres permettant d’identifier les praticiens de pointe dans ses rangs tout en bonifiant les services offerts aux clients. Peu de firmes peuvent se targuer d’en faire autant. »

Le programme offre plusieurs avantages aux participants, dont un réseau international, l’occasion de partager les meilleures pratiques, une terminologie et une perspective communes et des compétences reconnues dans l’industrie. « C’est important pour nous d’être à la fine pointe de cette technologie en évolution, affirme David McAlister, Directeur mondial, Transport et Infrastructure chez WSP | Parsons Brinckerhoff. En formant nos employés par ce programme unique à une université de la renommée de Stanford, nous veillons à ce que les clients qui font appel à nos services obtiennent ce qui se fait de mieux. »

Jay Mezher souligne que la firme en retire également un centre d’excellence virtuel international sur les pratiques de VDC/BIM, comptant des exemples allant des États-Unis et du Canada à Singapour, et du Royaume-Uni à l’Afrique du Sud. « Ce qui en ressort, c’est un ensemble de prototypes et d’études de cas qui peuvent être partagés à la grandeur de l’organisation pour tirer profit de notre expertise mondiale et produire des projets de meilleure qualité. »

Cela permet une compréhension approfondie des changements que peut apporter la VDC/BIM à la manière de travailler des ingénieurs, architectes et directeurs de construction. « Le projet repose sur une plus grande collaboration et une meilleure connaissance de l’information disponible, soutient Jay Mezher. Tout le monde comprend le cycle de vie du projet et se sent personnellement engagé à chaque étape du projet. »