• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Google+
 
Global  
 
 

Les aéroports en plein décollage

Notre monde évolue rapidement et le transport aérien est l’un des secteurs où le phénomène est le plus visible.

 

LaGuardia

Nous sillonnons le ciel comme jamais auparavant, et ce, sans signe de ralentissement à l’horizon. En 2016, plus de 3,5 milliards de personnes ont emprunté l’avion. C’est 2 milliards de plus qu’au début du siècle.

Cette croissance a des répercussions importantes. Les aéroports doivent augmenter leur capacité afin de répondre aux exigences d’aujourd’hui et s’adapter pour satisfaire les exigences des clients d’aujourd’hui. À titre d’exemple, prenons LaGuardia, l’un des trois principaux aéroports de New York. Il était réputé être le pire aéroport principal en Amérique en raison de ses congestions, de sa surpopulation et de ses retards.

Et pour cause. «Le Terminal B a été construit en 1964, et à cette époque il était conçu pour accueillir, bon an mal an, 8 millions de visiteurs. Il en accueille aujourd’hui plus de 13 millions. Il est tout simplement surpeuplé», selon Maxine Hill, gestionnaire principale de projet et vice-présidente des nouveaux modes de prestation de serviceslivraison chez WSP | Parsons Brinckerhoff.

C’est pourquoi les autorités ont décidé de s’attaquer au problème et ont approuvé un projet de 4 milliards $, dans le cadre d’un des plus importants partenariats public-privé qu’aient connu les États-Unis. Conjointement avec ses partenaires, WSP | Parsons Brinckerhoff érigera une aérogare d’une superficie de 120 773 952 m2 (1,3 million de pi2), de 35 portes d’embarquement ainsi que son infrastructure connexe, et ce, en n’interférant d’aucune sorte dans les activités aéroportuaires.

Les aéronefs prennent de l’envergure
Tina Millan, vice-présidente principale et directrice de l’aviation aux É.-U., nous donne un autre aperçu des défis que doivent surmonter les propriétaires et les exploitants d’aéroports. « Les aéronefs d’aujourd’hui sont beaucoup plus imposants vis-à-vis de ce qu’ils étaient il y a 20 ans. L’Airbus A380 ou le Boeing 747-8i comptent 500 sièges et, lorsqu’ils atterrissent, vous devez être en mesure d’offrir suffisamment de capacité en matière de manutention de bagages, de contrôle de sécurité, de salles d’attente et autres commodités. »

L’important, c’est l’expérience. Les passagers doivent pouvoir facilement s’orienter et marcher le moins possible. Ils devraient aussi pouvoir récupérer rapidement leurs bagages. Enfin, ils désirent vivre une expérience agréable à l’aéroport.

Toutefois, le vrai défi, c’est de tâcher d’atteindre le but sans interrompre les activités.  L’exploitation d’un aéroport représente déjà une tâche colossale, avec des aéronefs atterrissant et décollant à tout moment, des mesures de sécurité plus serrées, etc. Imaginez de surcroît d’avoir à réorganiser toute la logistique afin de rendre possible la construction.

« À l’aéroport de LaGuardia, l’une des principales raisons de notre succès réside dans l’excellente relation qui existe entre nos partenaires. C’est primordial parce que tout changement peut avoir une incidence sur tellement de gens », d’ajouter Maxine Hill.

Gestion des immobilisations aéroportuaires
Comme on travaille rarement sur un nouveau site, il est essentiel de connaître tous les détails du design d’aéroport. « À partir de la conception suggérée de l’aéroport LaGuardia, nous nous sommes efforcés de lui donner plus de flexibilité. C’était un bon design, mais nous étions d’avis qu’en travaillant de concert avec nos partenaires, nous pouvions l’améliorer », explique Maxine Hill.

Le résultat est impressionnant. Nos experts ont soumis des solutions novatrices et ont mis au point une zone de sécurité et une zone de vente au détail principale contrairement à deux préalablement suggérées. « Nous avons complètement transformé l’aérogare. Le tout se traduit par un immeuble plus compact, mais plus haut », commente Maxine Hill.

Un des aspects les plus importants fut que son équipe a fait appel à la modélisation informatique et à d’autres outils afin de réduire le nombre de phases de construction, pour ainsi limiter les répercussions négatives sur les activités aéroportuaires.

Cette démarche globale est primordiale, comme le fait remarquer Tina Millan: « Il faut tenir compte de tant d’éléments, de la durabilité à l’innovation, sans oublier la gestion des flux de travaux. » Les projets d’amélioration aéroportuaire actuels doivent tenir compte de l’utilisation de l’énergie, de la combinaison optimale des commerces, de l’accessibilité, etc. Il faut examiner comment tous ces éléments s’interrelient maintenant, mais aussi comment ils le feront à l’avenir. C’est pourquoi Tina Millan croit que le fait d’intégrer ISO 5500 et les meilleures pratiques en gestion des immobilisations facilitera la prise de décisions. « La plupart des aéroports sont exploités à titre de sociétés privées. En fin de compte, les exploitants et les propriétaires doivent être en mesure de prendre des décisions judicieuses. Nous les aidons tout au long du processus », explique-t-elle. 

L'avenir des aéroports
Et maintenant, que faisons-nous? À quels types de développements pouvons-nous nous attendre dans l’avenir immédiat dans les aéroports des quatre coins du monde?

L’accessibilité est préoccupante, vu qu’elle a un impact direct sur l’expérience générale de l’utilisateur et qu’elle a des répercussions directes sur l’environnement construit. « À l’heure actuelle, LaGuardia n’est accessible que par la route, ce qui se traduit fréquemment par de la congestion », selon Maxine Hill. L’État cherche des moyens de pallier le problème, par exemple avec la proposition AirTrain.

Mais ce n’est pas tout. L’émergence d’Uber et de voitures intelligentes a un impact sur l’utilisation de l’espace. Admettons que vous étiez un propriétaire d’aéroport. Investiriez-vous de l’argent dans un stationnement de 3 000 véhicules ou décideriez-vous d’investir pour que la circulation soit fluide, avec des zones d’embarquement et de débarquement en nombre suffisant?

Suvarnabhumi

Les aéroports et les passagers profiteront aussi d’une meilleure intégration de la technologie. « Le secret réside dans l’expérience, et le meilleur outil à utiliser existe déjà: l’appareil personnel », affirme Tina Millan. Les téléphones intelligents pourraient en effet améliorer la logistique aéroportuaire, tout comme ils le font dans les centres urbains, mais avec plus d’intégration pour des raisons de sécurité.

La conférence PTE 2017
Nos experts se pencheront entre autres sur ces problèmes à la conférence Passenger Terminal Expo and Conference 2017. Venez nous saluer au kiosque no 11140 et venez rencontrer nos experts afin d’échanger sur les défis et les solutions.

L’expo-conférence PTE, qui souligne cette année son 20e anniversaire, est la plus importante expo-conférence internationale sur les aérogares. Plus de 1 350 participants et 300 conférenciers sont attendus du 14 au 16 mars 2017 à Amsterdam, aux Pays-Bas.