• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
  • Google+
 
Global  
 

Plan de reconstruction de secteur et plan directeur en matière d’électricité en Iraq

Appui au projet de reconstruction du secteur de l’énergie en Iraq depuis 2004, permettant la reconstruction, l'agrandissement et la modernisation du réseau électrique du pays, rétablissant ainsi 2 500 MW de capacité de production électrique dans ce réseau.

Plan de reconstruction de secteur et plan directeur en matière d’électricité en Iraq

Plus de 550 projets électriques ont été menés à bien de 2004 à 2008, permettant l’atteinte d’une production quotidienne de pointe de plus de 6 000 MW (soit environ 12 h par jour).

Initialement, dans le cadre d’une coentreprise appelée l’Iraq Power Alliance (alliance pour l’électricité en Iraq), nous avons agi à titre de gestionnaire de programme pour la remise en état des installations électriques irakiennes dans l’ensemble du pays, par l’entremise de projets allant de l’installation de câbles souterrains à la réparation de lignes de transmission aériennes, en passant par la construction de nouveaux postes électriques et la remise en état de centrales existantes. Parmi les projets majeurs figurait la mise en service de 2 turbines à vapeur de 160 MW à la centrale thermique de Doura et de 8 turbines à gaz à la centrale de Mussayib.

APPROCHE

En notre qualité de gestionnaire de programme, nous avons également supervisé la réalisation de projets malgré la menace constante de sabotage et d’activités d’insurrection. Le budget initial prévoyait 480 projets, mais 70 projets supplémentaires ont été réalisés grâce à une gestion serrée du budget et aux systèmes de contrôle des coûts que nous avons adoptés et mis en oeuvre.

En octobre 2009, le projet de plan directeur en matière d’électricité pour l’Iraq a été lancé pour élaborer une feuille de route à long terme et un plan d’approvisionnement électrique au coût minimum reposant sur des principes de modélisation et de prise de décisions économiques. Le projet visait tant le court terme (les trois ou quatre prochaines années) que le long terme (jusqu’en 2030). Sa réalisation a nécessité une année de travail intensif.

L’Iraq dispose de gaz en abondance, que ce soit du gaz associé (tiré de la production de pétrole) ou du gaz de dôme (provenant de champs gaziers). Le rapport sur le plan directeur recommandait donc l’abandon du mazout lourd et du pétrole brut en faveur du gaz naturel pour la production électrique intérieure.  

Le plan directeur a également abordé la nécessité d’agrandir le réseau de transmission au cours des cinq prochaines années pour pouvoir y intégrer la production des centrales de la méga-transaction (« Mega Deal », 80 turbines à gaz équivalant à 10 000 MW achetées par le ministère pour la construction de nouvelles centrales), soit 10 GW supplémentaires s’ajoutant à un réseau qui ne fournit actuellement que 6 000 MW et ne peut assurer la livraison que d’environ 8 000 MW au total.

En ce qui concerne la planification de la distribution, nous avons modélisé sept lieux d’approvisionnement en vrac dans l’ensemble du pays et organisé des ateliers de formation intensive sur l’application de CymeDist et l’élaboration de modèles de réseaux de distribution.

Le plan réduit la demande non comblée et ses effets dévastateurs sur la population et l’économie. Il constitue une feuille de route pour l’avenir, un plan permettant de répondre à la demande à court terme et d’élargir le réseau électrique à mesure que la situation politique et économique s’améliorera.