• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 
 

Entrevue avec le directeur de l’équipe Aviation de WSP : la demande de passagers appuie l’expansion de l’aéroport Billy Bishop de Toronto

Le 6 mai 2015 - Lors d’une séance portes ouvertes il y a environ un mois, WSP a présenté une mise à jour de l’exercice de planification de base pour l’expansion proposée de la piste principale et l’introduction d'avions à réaction à l’aéroport Billy Bishop de Toronto. Depuis la publication de l'exercice, un certain nombre d’articles a été présenté par les médias concernant la demande accrue du petit aéroport et les effets de cette expansion controversée. Nous avons rencontré James Lindsey, le directeur de l’équipe Aviation de WSP, pour en apprendre davantage au sujet de ce projet très largement discuté.

 


Q : Qui est le client, et quels sont ses objectifs?

R : En 2013, Porter Airlines a soumis une proposition à la ville de Toronto, à Transports Canada et à PortsToronto pour prolonger la piste 08-26 afin d’accueillir les nouveaux avions de passagers CS100 de Bombardier, achetés sous certaines conditions. À l'époque, PortsToronto avait engagé WSP pour réaliser un examen technique complet de la proposition et pour agir en son nom lors des discussions techniques auprès de Porter Airlines, la ville de Toronto, Transports Canada et NAV CANADA.

Q : Quel était le rôle de WSP?

R : WSP a collaboré étroitement avec PortsToronto au cours des 10 dernières années sur un certain nombre d’études de planification, d’ingénierie et de réglementation. Au moment de la demande de proposition de Porter, WSP terminait un plan directeur de l’aéroport de Billy Bishop, respectant entièrement la convention tripartite entre Transports Canada, la ville de Toronto et PortsToronto. À la demande de la ville de Toronto, WSP a été embauchée pour réaliser l’exercice de planification de base concernant le prolongement de la piste et l’activité des avions à réaction. Ce point s’ajoute à l’examen technique que WSP effectuait déjà dans le cadre de l’évaluation de la proposition de Porter. En définitive, après un processus d’appel d’offres concurrentiel, WSP s’est vu attribuer la conception préliminaire de la piste par l’entremise d’un contrat de services permanent qui comprend également la coordination avec l’évaluation environnementale réalisée par des tiers.


Q : Quelle est la complexité du projet?

R : Ce projet est immensément complexe en raison de l’environnement physique de Billy Bishop. La conception proposée nécessitera la réhabilitation des sites marins, la conception de brise-lames, la relocalisation du système d’atterrissage aux instruments terrestres, l’analyse de l’obstruction de la piste, l’analyse de la zone d’exclusion marine et la modélisation et simulation d’aéronefs pour la conception géométrique des pistes et des voies de circulation. Cela s’ajoute aux complexités liées à la conception d’un prolongement proposé pour les opérations d’une seule piste, tout en maintenant, le cas échéant, les opérations aériennes lors de la construction.

Les autres points complexes comprennent la gouvernance des nombreux propriétaires fonciers dont les terres accueillent l’aéroport dans les îles de Toronto. PortsToronto exploite Billy Bishop selon les conditions de la convention tripartite, initialement rédigée et signée en 1983 par la ville de Toronto, Transports Canada et PortsToronto. La convention tripartite énumère les conditions d’exploitation de Billy Bishop, comme le couvre-feu des vols, la limitation du bruit, l’interdiction des avions à réaction et de tout prolongement des pistes, ainsi que les responsabilités de chaque signataire.

Enfin, il y a aussi la complexité de toutes les approbations réglementaires et de la coordination nécessaires auprès de Transports Canada et de NAV CANADA.

En tirant profit des capacités de WSP dans le domaine des transports et des sites marins, outre l’expertise en planification, en ingénierie et en réglementation aéronautique, WSP est le seul prestataire de services de conseils au Canada ayant la capacité d'entreprendre à l’interne un projet de cette ampleur et de cette complexité.


Q : Quels sont les avantages sociaux, économiques ou environnementaux de ce projet?

R : Comme les médias l’expliquaient, il existe un nombre de groupes et d’associations qui s’inquiètent des répercussions environnementales négatives de cette proposition. Par conséquent, comme demandé par la ville de Toronto, PortsToronto a entamé une évaluation environnementale complète incluant un processus de consultation solide. Le but de l’évaluation environnementale est d’analyser les effets sociaux et environnementaux nets du projet pour les communautés environnantes et la région du Grand Toronto. WSP a contribué à l’évaluation environnementale en offrant des données aéronautiques techniques.

Au cours des dernières années, PortsToronto a commandé des études économiques qui démontrent clairement l’activité économique directe et indirecte positive générée par Billy Bishop. De plus, les prévisions de circulation et de l’achalandage des passagers préparées pour l’exercice de planification de base montrent clairement la demande pour des services aux passagers à Billy Bishop. Actuellement, pour des vols domestiques, ceux provenant de Billy Bishop comptent pour plus de la moitié du nombre de sièges disponibles chaque jour dans la région du Grand Toronto vers des destinations comme Sault Ste-Marie et Sudbury, et pour plus du quart des places quotidiennes vers les marchés clés comme Ottawa et Montréal. Le marché transfrontalier est également bien desservi par Billy Bishop, au sein du marché de la région du Grand Toronto, avec une part du marché de 20 % pour des destinations comme Chicago, Washington et New York.


Selon les résultats des prévisions de l’achalandage préparées par WSP, si approuvés, le prolongement de la piste 08-26 et l’introduction d'avions à réaction à l’aéroport sont davantage justifiés par la demande que par la capacité. De nouveaux créneaux et de nouvelles pistes pourraient desservir d’autres destinations canadiennes et américaines, y compris la côte Ouest. Par conséquent, pour une approche équilibrée, PortsToronto devrait évaluer les occasions et les contraintes concernant la proposition de prolongement de la piste pour autoriser les avions à réaction, en plus de l’augmentation des créneaux quotidiens au-dessus des 202 créneaux actuels.

Les facteurs clés pour prendre cette décision d’approche équilibrée sont les résultats des points suivants, actuellement en cours : l’évaluation environnementale, l’exercice de planification de base et la conception préliminaire de la piste. Une fois terminées, ces études seront examinées par la ville de Toronto et le conseil municipal, Transports Canada et PortsToronto. Sans le consensus des trois signataires, aucun changement ne peut être apporté à la convention tripartite afin de prolonger la piste et d’introduire les avions à réaction à l’aéroport Billy Bishop de Toronto.

Pour en apprendre davantage au sujet du projet, veuillez communiquer avec James Lindsey.