• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 
 

Une nouvelle installation de recyclage des déchets organiques comme solution au débordement des sites d’enfouissement : WSP fait partie de la solution!

Dès 2020, une nouvelle politique québécoise interdira l’enfouissement des déchets organiques. Agissant de manière proactive en lien avec l’émergence de cette contrainte, l’Agglomération de Longueuil, au Québec, a mis sur pied une initiative de gestions des déchets produits par sa population : le Centre de recyclage des matières organiques (CeReMo). Nous sommes ravis d’annoncer que WSP jouera un rôle clé dans la réalisation de ce projet.

 

Considérant qu’en 2013 les 410 852 citoyens de l’agglomération urbaine de Longueuil ont généré près de 130 000 tonnes de déchets (soit l’équivalent de 135 piscines olympiques), 11 000 tonnes de résidus verts et plus de 40 000 tonnes de matières recyclables telles que le papier, le plastique, le verre et le métal, un projet comme celui du CeReMo tombe à point. Avec un budget global de 60 M$ et une livraison prévue pour 2020, le projet consiste à implanter une infrastructure permettant la transformation d’intrants de nature organique et putrescible par un procédé de biométhanisation et compostage en deux produits de qualité que sont le compost et le biométhane (gaz naturel) . Il encourage l’adhésion aux principes du développement durable, soit la consommation responsable en vue d’éviter le gaspillage, l’optimisation de l’utilisation des ressources et la production d’énergie renouvelable, en plus d’engendrer également une réduction des gaz à effet de serre et des coûts associés au transport des matières.

Du côté de WSP

Avec Claude Darras à titre de chargé de projet et en mettant à profit l’expertise de Kateri Normandeau quant aux volets de l’environnement et des bioprocédés, de Denis Dionne pour  l’industriel, de Arnaud Budka en ce qui a trait au bioprocédés, à la méthanisation et au compostage et de Jean-Marie Aubé en matière de bâtiments, WSP fournira au client les services de gestion de projet et d’ingénierie multidisciplinaire dont il a besoin, des études initiales jusqu’à la phase de mise en service. Le mandat du CeReMo implique le travail conjoint des bureaux de Montréal et Longueuil et ce, dans des disciplines variées : gestion de projet,  environnement,  industriel,   mécanique-électrique,   structure,  infrastructure,  civil, transport et circulation.

«Dans le cadre d’un projet qui se déroulera sur 5 ans, la coordination d’une importante équipe multidisciplinaire est toujours un défi stimulant. La nouvelle règlementation provinciale pour le traitement des matières organiques entraîne le développement  d’un nouveau marché, intégrant l’environnement et le génie industriel. C’est une opportunité d’affaire incontournable en ingénierie pour les années à venir. Le mandat du CeReMo de Longueuil est une magnifique occasion pour WSP de parfaire notre expertise dans ce domaine et d’optimiser notre compétitivité dans ce marché», a déclaré Claude Darras, chargé de projet.

Un projet aux multiples bienfaits

Sur le plan environnemental, un projet comme le CeReMo sous-tend une foule de bénéfices, notamment le remplacement des sources d’énergie fossiles, l’enrichissement des sols par l’ajout de compost et la réduction des risques de contamination des sols et de pollution de la nappe phréatique. D’un point de vue social maintenant, le projet promet d’entraîner une création d’emplois locaux et régionaux. De plus, il permettra la prise en charge responsable des résidus produits par les citoyens ainsi que la réduction des nuisances avec lesquelles doivent composer les populations limitrophes aux sites d’enfouissement.

«La gestion des matières résiduelles organiques est un enjeu primordial pour les municipalités du Québec, et WSP a su développer une expertise de pointe en ce qui a trait à la livraison de ces projets.  Je suis heureux de voir que notre expertise a été reconnue par la Ville de Longueuil et je suis convaincu que notre équipe multidisciplinaire saura relever le défi avec brio», nous a confié André-Martin Bouchard, vice-président national - Environnement