• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 
 

Un monde de possibilités : la réhabilitation de la mine Gaspé

Là où certains voient des obstacles, nous voyons un nouveau départ.

 

C’est en pleine forêt mixte, entre le fleuve St-Laurent et les montagnes des Chic-Chocs, que notre histoire commence. Nous sommes en 1952. Située dans la région de la Gaspésie, une péninsule au centre-est de la province de Québec, la municipalité de Murdochville voit le jour. Le Québec traverse alors un important boom minier. Pendant près de cinq décennies, l’exploitation minière ira bon train dans ce petit coin de pays.


Le camp de travail de Murdoch devient Murdochville en juillet 1953.
Plus de 900 personnes y travaillent et 300 maisons sont construites.

Puis, nous voilà en 2008. Après avec été impliqué dans différentes études environnementales préalables à des travaux de fermeture minière, WSP vient de se voir octroyer un important mandat de trois ans incluant la finalisation de l’ingénierie, la gestion de la construction et du projet de restauration de la mine de cuivre se trouvant, vous l’aurez deviné (l’histoire est bien faite), à Murdochville. Béryllium, arsenic, plomb et cuivre figuraient sur la liste des contaminants mesurés dans les poussières de certains bâtiments du complexe industriel du site minier, lequel aura été actif de 1952 à 2002. Des volumes importants de sols et de résidus miniers sont également contaminés par des métaux ou encore par des hydrocarbures pétroliers. Toutes ces problématiques environnementales feront l’objet de mesures de gestion adaptées à chaque situation spécifique.


Deux travailleurs au chantier en plein échantillonnage sur le toit du concentrateur.

 

Surmonter les défis de la réhabilitation de la mine Gaspé

Dès le début de son implication, WSP a dû s’assurer de maîtriser l’éventail d’enjeux environnementaux et sociaux rattachés au projet. L’équipe avait déjà effectué quelques fermetures minières dans le passé, mais cette opération constituait la plus importante jamais réalisée par l’équipe spécialisée en Environnement. Il s’agissait, de plus, de la première fermeture d’une fonderie au Canada. Avec le recul et grâce au regard que nous sommes à présent en mesure de poser sur ce projet en 2016, il est possible de dégager trois grands défis inhérents au projet.

 

Un point de vue expert

Nous avons eu la chance de nous entretenir avec Kateri Normandeau et Carl Gauthier au sujet des coulisses du projet. Ces derniers ont respectivement occupé les postes de Responsable Environnement et Directeur de projet pour ce projet de restauration.


Kateri Normandeau, Directrice Stratégie Nationale, Environnement, en compagnie de Carl Gauthier, vice-président adjoint en génie de l’environnement, basé à Québec depuis près de 15 ans

Comment votre équipe a-t-elle surmonté les obstacles qu’impliquait la réalisation du projet de la mine Gaspé?
Nous avons mis en place des programmes de gestion de l’environnement, de gestion de la santé et sécurité,  de gestion des risques ainsi que des programmes de gestion de projet intégrés et innovateurs dans le cadre du projet. Les cinq principaux objectifs du projet étaient ambitieux pour l’équipe de projet mais ont été établis en réponse aux préoccupations des parties prenantes. Ces dernières impliquaient l’atteinte d’une conformité totale en santé et sécurité et environnement et d’un écart positif entre le coût réel et le coût budgété. Elles visaient aussi à assurer un minimum d’opération et de maintenance après la fermeture ainsi que des relations harmonieuses avec le public, les communautés et les autorités.

Comment les expériences antérieures de l’équipe ont-elles contribué à votre succès?
Pour mettre en place un programme de gestion intégrée novateur, nous avons misé sur une équipe interdisciplinaire composée de nos meilleurs spécialistes. Nous les avons libérés de leur fonction habituelle pour qu’ils puissent se consacrer à temps plein au projet.  Les gestionnaires se déplaçaient fréquemment sur le site pour des visites et des rencontres avec les intervenants. L’expérience et les connaissances des processus et des pratiques reconnues dans les secteurs d’activité sont garants de bons résultats. Toutefois, ce qui a fait le succès de ce projet, c’est le leadership, l’engagement et la capacité des gestionnaires et de l’équipe de projet d’explorer des idées nouvelles.  Notre expérience en gestion des ressources humaines et en communications a certainement été un facteur de succès également. 

Quelles leçons avez-vous pu tirer de ce projet?
Le succès d’un défi technique et d’une gestion complexe peut être atteint quand tous les membres de l’équipe comprennent bien les objectifs, lorsque les meilleures pratiques de gestion de projet sont mises en place et lorsque tous sont engagés dans la réalisation du projet.

Qu’est-ce qui rend votre équipe unique? Quelle est sa principale force lorsque vient le moment de résoudre des problèmes?
Une ambiance de travail stimulante, motivante et structurante a permis le développement d’une solide complicité au sein l’équipe de projet.  La cohabitation de différentes disciplines en Environnement (géotechnique, biologie, génie environnemental, qualité de l’air, géologie, décontamination, etc.) et en construction ainsi que l’expérience des professionnels permettent de résoudre des problématiques complexes que nous rencontrons dans le cadre de notre travail en Environnement.  Notre approche caractérisée par l’agilité, la flexibilité et le souci du développement durable permet de faire émerger de nos équipes les solutions qui combinent innovation et efficacité.

 

Un bilan remarquable

Une fois le mandat achevé, le travail de l’équipe de projet a évidemment suscité la fierté. Finaliste dans la course au prix du Project Management Institute pour la qualité des pratiques en matière de santé, sécurité et environnement de même qu’en gestion de projet, le projet de la Mine Gaspé a vivement piqué l’intérêt de l’industrie. C’est finalement en 2011 qu’est venue la consécration : le projet de réhabilitation de Mine Gaspé s’est vu décerner par l’Association des firmes d’ingénieurs-conseils du Canada le fort prestigieux Prix Schreyer dans la catégorie Excellence et innovation. Le Prix Schreyer est reconnu comme étant le prix le plus convoité en ce qui a trait au génie canadien. «C’est un peu comme de remporter la Coupe Stanley!», confie Carl Gauthier.

Tout au long de l’aventure, les membres de l’équipe auront donc eu raison de croire que leur réalisation n’avait, en somme, rien d’ordinaire.

Pour plus de renseignements sur le projet de la réhabilitation de la mine Gaspé, n’hésitez pas à contacter Carl Gauthier et Kateri Normandeau.