• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 
 

WSP étudiera les avantages des voies réservées à accès tarifé à Toronto

Qu’est-ce qui est le plus embêtant quand un conduit une voiture? Posez la question à n’importe quel conducteur, et la réponse sera toujours la même : les embouteillages.

 

Queen Elizabeth Way (QEW)Personne n’aime être coincé pendant des heures, parfois sans bouger d’un centimètre, dans un embouteillage monstre.

Les choses ne sont pas différentes à Toronto, la plus grande ville canadienne, où l’encombrement des autoroutes urbaines à voies multiples donne des maux de tête à leurs utilisateurs. Le gouvernement provincial cherche d’ailleurs des façons de gérer ces problèmes de circulation.

Après une annonce relative aux voies réservées aux VMO à accès tarifé, en décembre 2015, le ministère des Transports de l’Ontario vient d’attribuer un important contrat à WSP, en collaboration avec WSP|Parsons Brinckerhoff, CIMA Canada et TSS-Transport Simulation Systems.

Ensemble, les experts examineront la faisabilité de la création potentielle de voies réservées aux VMO à accès tarifé sur cinq autoroutes importantes de la région du Grand Toronto : l’autoroute Queen Elizabeth (QEW) et les autoroutes 400, 401 (ouest), 404 et 410. Ils procéderont également à une analyse de rentabilité d’un tel système.

Il est important de noter qu’il s’agit de la première étude exhaustive sur des voies réservées aux VMO à accès tarifé au Canada.

Qu’est-ce que des voies réservées aux VMO à accès tarifé?

Michael Chiu«Nous n’en sommes qu’au tout début du processus, mais nous savons qu’un des plus grands défis que nous devrons relever sera de trouver l’équilibre entre l’amélioration de la circulation et l’augmentation des revenus», explique Michael Chiu, vice-président, Transports à WSP et chef du projet d’étude.

Mais que sont exactement ces voies réservées aux VMO à accès tarifé?

Pour répondre à cette question, il est essentiel de comprendre le concept de voies réservées aux VMO à accès tarifé, qui sont des voies réservées aux voitures qu’occupent deux personnes ou plus (véhicules multioccupants). On trouve de telles voies depuis un certain temps dans les grandes villes du Canada (Toronto, Montréal et Vancouver) et ailleurs dans le monde.

Cette fois, l’idée est de permettre aux voitures qui ne transportent pas le nombre requis de personnes d’utiliser les voies réservées, mais contre le paiement d’un tarif. Ainsi, le covoiturage restera avantageux, et les voies réservées seront utilisées plus efficacement, ce qui aidera à réduire les problèmes de congestion des routes.

Les voies réservées aux VMO à accès tarifé ont montré leur efficacité dans la gestion des embouteillages en donnant aux gens la possibilité de changer leurs habitudes en fonction de la circulation.

Les incitatifs sont efficaces

L’utilisation d’incitatifs dans la gestion de la circulation n’est pas nouvelle. Au cours des années, les administrations du monde entier ont imaginé différentes façons de régler les embouteillages. Elles ont augmenté le financement des services de transport en commun, encouragé les initiatives de covoiturage, adopté des règlements limitant le nombre de véhicules dans certains secteurs, créé des voies réservées aux VMO à accès tarifé, etc.

Il semble cependant que les incitatifs qui influent directement sur la motivation personnelle seraient les plus efficaces. Parfois, l’incitatif est l’argent; c’est le vieux principe de l’«utilisateur payeur». Cependant, dans le cas de l’initiative de Toronto sur les voies réservées aux VMO à accès tarifé, l’incitatif n’est pas l’argent, mais le temps. L’utilisateur acceptera de payer un certain tarif afin de gagner du temps sur la route.

La difficulté consiste à déterminer quel serait le tarif raisonnable et comment il sera facturé. « Nous avons beaucoup de données à analyser », explique Michael Chiu.
WSP doit examiner divers mécanismes de tarification ET diverses technologies. Par exemple, le système de reconnaissance automatique des plaques exige l’installation d’un réseau complet de caméras, tandis que les transpondeurs électroniques exigent, eux, une autre technologie.

En outre, l’équipe de Michael Chiu doit déterminer si le tarif sera identique sur toutes les routes et en tout temps. Pourquoi ne pas envisager une tarification dynamique, ce qui signifie que le tarif d’un trajet donné pourrait changer avec la lourdeur de la circulation sur les voies adjacentes à usage général?

Une chose est certaine. La mise en œuvre de telles politiques doit reposer sur des données solides ainsi que sur des modèles et une expérience en matière de transport fiables dans l’opération de voies réservées aux VMO à accès tarifé. WSP | Parsons Brinckerhoff possède une bonne expertise en la matière. La firme d’ingénierie a en effet joué un rôle clé dans la création de voies réservées aux VMO à accès tarifé aux États-Unis (en anglais seulement) et comprend très bien les aspects économiques de la tarification routière ou des embouteillages.

« Nous analyserons toutes les études de faisabilité », ajoute Michael Chiu, qui n’oublie surtout pas un autre défi important : le calendrier. « Nous disposons de 16 mois pour finaliser l’étude de faisabilité, ce qui comprend la conception préliminaire », conclut-il.