• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 

Ingénieurs sans frontières

 
 

WSP est très enthousiaste à l’idée de collaborer pour la deuxième année avec Ingénieurs Sans Frontières (ISF). Rencontrez Janelle de Vries, chargée du bureau de proposition géomatique, a travaillé pour le groupe de géomatique de Calgary en Alberta. Fin septembre 2016, Janelle embarquera pour une aventure qui la conduira à Toronto (pour la formation ISF), puis en Zambie pour son stage jusqu’à mars 2017. Nous sommes heureux de vous annoncer qu’il y a plusieurs moyens permettent de se tenir au courant de l’aventure de notre employé Ingénieurs Sans Frontières cette année! Vous pouvez suivre Janelle sur les médias sociaux (Instagram et Facebook) et son blogue (écrits et vidéos) à l’adresse Janelleinzambia.ca.

 
 

Pleins feux sur Lusaka

avril 11, 2016
 

Alors que mon séjour en Zambie touche à sa fin, je peux dire en toute honnêteté que j’ai adoré ma vie à Lusaka et que j’en suis venu à considérer cette ville comme ma maison. Lorsque j’ai réalisé que je n’avais presque rien écrit sur Lusaka dans mes publications précédentes, j’ai pensé que ce serait l’occasion idéale pour décrire la ville plus en détail. Lusaka ne s’apparente peut-être pas à Rome ni à New York, mais il s’agit d’un endroit vraiment particulier pour moi, et j’espère que vous trouverez fascinants certains des aspects que je vais vous décrire.

 

Lusaka est située près du centre géographique de la Zambie. Elle a été construite sur un plateau, ce qui lui confère un climat plus tempéré que celui d’autres parties du pays comme les vallées de la Luangwa et du bas Zambèze. Capitale de la Zambie, Lusaka est la plus grande ville du pays et croît rapidement, avec une population d’un peu plus de 1,5 million d’habitants. De nombreux Zambiens ont déménagé à Lusaka, où ils travaillent et habitent désormais. La ville est bien reliée au reste du pays grâce aux principales artères qui atteignent le nord, l’est, le sud et l’ouest. Un fait intéressant à propos de Lusaka est que cette ville possède, en quelque sorte, son propre langage. Le « Town Nyanja » parlé à Lusaka est nettement différent du Nyanja parlé à travers le pays.


La statue de la Liberté est un grand monument de Lusaka. Elle a été érigée pour commémorer l’indépendance de la Zambie. L’homme qui brise la chaîne symbolise le pays qui se libère du régime colonial.

Lusaka est une ville des extrêmes. Dans certaines zones, on trouve de magnifiques maisons et centres commerciaux. Une fois à l’intérieur, vous ne vous rendez presque pas compte que vous êtes en Afrique. C’est agréable de se promener dans ces quartiers. Lusaka ne possède pas beaucoup de parcs ni d’espaces verts. Mais vous oublierez facilement ce fait en marchant à travers une avenue bordée d’arbres d’un des quartiers fortunés.


Un boulevard pittoresque dans une zone résidentielle de classe supérieure de Lusaka.

La ville regorge d’endroits où aller manger, entre autres des restaurants italiens, indiens, chinois, éthiopiens et thaïs. Déménager à Lusaka serait assez facile. Il vous suffirait de vous acheter une génératrice et vous pourriez conserver le même style de vie que celui que vous auriez laissé derrière vous dans le monde occidental. J’habitais dans un beau quartier de Lusaka, mais mon logement était relativement simple comparé à plusieurs autres à proximité. Au début, je me rendais dans les centres commerciaux pour acheter tout ce dont j’avais besoin puisque c’était ce que je connaissais le mieux. Mais avec le temps je me suis un peu plus africanisé. Par exemple, j’ai cessé d’acheter des fruits et légumes frais dans les épiceries lorsque j’ai réalisé que ceux vendus au coin des rues par les habitants étaient non seulement moins chers, mais également offerts dans des variétés plus savoureuses et plus fraîches.


Un joli quartier pour faire ses courses et manger à Lusaka. La structure à gauche comprend quelques restaurants, notamment un de mes endroits préférés pour prendre un brunch le dimanche.

D’autres quartiers de Lusaka sont composés de bidonvilles, appelés « enceintes », qui sont essentiellement des lieux où la densité de logement est élevée et qui manquent souvent d’équipements de première nécessité comme des installations sanitaires convenables. Ces secteurs ne ressemblent en rien à ce qu’on peut voir au Canada. Lors d’une promenade dans une des rues principales de l’enceinte, il ne serait pas surprenant de voir quelqu’un souder quelque chose sur le bas-côté, à côté d’un barbier, qui consiste en fait en une personne ayant un rasoir à la main et se tenant debout près d’une chaise, à côté d’une personne qui vend des sandales et d’un groupe de personnes munies de seaux d’eau pour laver des voitures, etc. Dans les enceintes, il n’y a souvent pas de distinction entre l’utilisation résidentielle, commerciale et industrielle des terres. Tout est mélangé, ce qui peut être assez déstabilisant pour les personnes qui n’y sont pas habituées. Ceci étant dit, je dois avouer que certaines de mes promenades dans les enceintes ont fait partie de mes préférées. Les habitants des enceintes n’ont pas l’habitude d’y voir des muzungus (des personnes à la peau blanche). C’est pourtant là que j’ai rencontré certains des habitants locaux les plus accueillants et que j’ai eu certaines des conversations spontanées les plus agréables de mon séjour en Zambie.


Le long d’une rue principale dans une des enceintes de Lusaka.

Le centre-ville de Lusaka consiste en un nombre modéré de bâtiments appartenant à des entreprises ou au gouvernement et d’un nombre important de marchés. Il est facile de se rendre au centre-ville et d’en repartir : la ville possède un réseau de minibus qui suit le modèle de réseau en étoile, c’est-à-dire que toutes les routes commencent ou se terminent dans le centre-ville. Les minibus passent souvent et ne sont pas chers, mais si être tassé dans un véhicule inconfortable ne vous intéresse pas vraiment, vous pouvez trouver un taxi assez rapidement.


Une vue du centre-ville de Lusaka. Il n’existe pas beaucoup d’édifices élevés, mais j’aime bien l’édifice Samsung par son aspect plutôt unique en son genre.

On trouve 3 principaux marchés dans le centre-ville : le marché Soweto, le marché de la ville Lusaka et le marché Kamwala. Le marché Soweto est le plus grand et le plus dense. Vous pouvez y trouver presque tout ce que vous voulez... en cherchant bien! Assurez-vous de ne pas venir au marché Soweto juste après une averse : il est alors difficile de s’y promener en raison de la boue et des trous d’eau. Mon marché préféré était celui de Kamwala, simplement parce qu’il semblait offrir le meilleur choix de jolis tissus chitenges africains. J’y ai acheté quelques tissus et fait ajuster quelques vêtements avant de partir pour emporter un beau souvenir de ma merveilleuse expérience à Lusaka, et plus largement en Zambie.


Lors d’une promenade dans le marché de ville de Lusaka.

Avez-vous déjà vécu dans une ville africaine? Si c’est le cas, communiquez avec moi! J’adorerais en apprendre davantage sur cette expérience et sur la ville où vous avez vécu! Si vous souhaitez obtenir plus d’information sur Lusaka et mon expérience, je serais très heureux de partager d’autres détails et anecdotes avec vous, alors n’hésitez pas à me contacter!

 

Contact:

Unknown Unknown
Unknown Unknown Unknown