• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 

Géomatique

 
 

WSP offre des solutions d’arpentage et de cartographie rapides et sûres tout au long du cycle de vie d’un projet. Nos équipes sont les premières sur le terrain et mènent à bien certains des plus grands projets au Canada. Peu importe la taille ou l’emplacement du projet, nous sommes présents, du terrain jusqu’à la fin.

 
 

Marcher un mille dans les souliers d'un arpenteur-géomètre... dans la neige!

mars 10, 2015
 

Pour transformer l'environnement bâti et remettre en état l'environnement naturel, il faut travailler toute l'année, même par temps froid, quelles que soient les conditions météorologiques. L'équipe de géomatique de WSP affronte l'hiver sans hésitation, et se préoccupe d'abord et avant tout de la sécurité. Les arpenteurs-géomètres peuvent ainsi s'acquitter de leur travail sur le terrain, peu importe ce que Dame Nature leur réserve. « Oublier de se préparer, c'est se préparer à un échec. » (Benjamin Franklin)

 

C'est jour de formation pour ces arpenteurs-géomètres qui en sont à leur première expérience dans une contrée couverte de neige. Lorsqu'il est question de VTT et de motoneiges, le dossier de WSP en matière de sécurité est remarquable. Un bon bilan de sécurité est évidemment le résultat de saines pratiques et de prudence de la part des membres des équipes et des gestionnaires de projet, mais il souligne aussi l'importance d'une formation adéquate. Cet instructeur de conduite de VTT et de motoneige (veste grise) certifié par le Conseil canadien de la sécurité offre depuis plus de sept ans de la formation à nos équipes sur le terrain. Il a délivré plus de 600 attestations et renouvellements d'attestations. (Crédit photo : J. Hiltz)

Arpentage légal près du lac Reid, au nord-ouest de Prince George, C.-B. (Crédit photo : T. Peet et A. Koehler)

Quand les choses se corsent, ceux qui font appel à leur imagination utilisent... un marteau-piqueur! Il faut noyer les piquets dans des champs cultivés, ce qui exige de les enfoncer d'au moins 30 centimètres pour éviter qu'ils ne détruisent les machines agricoles. Ce travailleur a troqué la hache contre un marteau-piqueur pour faire le travail rapidement et de manière efficace. (Crédit photo : J. Hiltz et I. Klemetsrud)

La torche, le ciel de plomb et le frimas sur les arbres révèlent les conditions météorologiques. Pour un arpenteur-géomètre, le froid et le vent sont parmi les pires conditions à surmonter. (Crédit photo : Van Esch)

Un exploitant peut éviter les perturbations inutiles en utilisant les chemins d'accès gelés pour se rendre sur les sites d'exploration. Par conséquent, au lieu de défricher un corridor d'au moins 20 mètres de largeur, de le niveler et d'en préparer la surface et de creuser des fossés, il peut simplement dégager à la charrue et laisser geler une ligne sismique ou un sentier existants. Par la suite, si le gisement est confirmé, une route peut être construite. Parcourir ces chemins est une expérience tout à fait particulière, surtout à l'aube ou au crépuscule, et le contact radio est essentiel pour la sécurité. (Crédit photo : M. Tonnelier)

 

La géomatique chez WSP

Avec près de 1 000 employés et 250 équipes, le groupe de géomatique est le plus important fournisseur de services d'arpentage et de levés au Canada. Ses membres sont à l'œuvre aux quatre coins du pays, leur présence étant plus marquée dans l'ouest du Canada, au Québec et dans la région atlantique.