• LinkedIn
  • Twitter
  • Facebook
  • Youtube
 
Canada  
 
 
 
 
 

Géomatique

 
 

WSP offre des solutions d’arpentage et de cartographie rapides et sûres tout au long du cycle de vie d’un projet. Nos équipes sont les premières sur le terrain et mènent à bien certains des plus grands projets au Canada. Peu importe la taille ou l’emplacement du projet, nous sommes présents, du terrain jusqu’à la fin.

 
 

Profiter de la terre en paix et dans les règles

novembre 04, 2016
 

 

En tant que professionnels en géomatique, et plus particulièrement comme arpenteurs-géomètres, nous avons un devoir envers nos clients et la société de préserver la possibilité de jouir des terres de façon harmonieuse et dans le respect des règles établies. Qu’il s’agisse de la définition ou de la modification des limites des terres voire de la cueillette et de l’accès à des données géospatiales en cette ère numérique, les moyens de préserver nos territoires sont nombreux. De nos jours, l’information géospatiale touche de nombreux domaines et sa portée s’élargit constamment dans ce monde connecté, mobile et numérique. Nous ne sommes plus uniquement responsables de maintenir la dimension spatiale pour les propriétaires en évaluant les données probantes, en marquant les coins de propriétés et en dessinant les plans de ces limites. Ces dernières se définissent désormais en coordonnées, référencées à des plans horizontaux de référence spécifiques et des systèmes coordonnés. Cela signifie que nous jouons aussi le rôle d’avocat et d’enseignant pour le public, car l’accès à des capteurs et plateformes variés sont en mesure d’indiquer à monsieur ou madame tout le monde approximativement où il se trouve. Cela pourrait constituer un sujet en lui-même, ou plutôt de nombreux sujets... Or j’aimerais aujourd’hui m’attarder sur le rôle un peu plus traditionnel du professionnel en géomatique, même s’il doit maintenant évoluer dans un monde des affaires manifeste. Plans légaux en milieu urbain, au sein d’une équipe de projet multidisciplinaire et en partenariat avec d’autres entreprises.


Un chef de brigade de topographes découvre une borne cadastrale plus d’un mètre sous la surface du sol.

Pourquoi je trouve cela intéressant, ou plutôt, pourquoi je pense que ce sujet pourrait vous intéresser? De nos jours, de nombreux projets sont multidisciplinaires. Des groupes aux compétences précises se regroupent, des petites entreprises très spécialisées aux grandes firmes offrant une gamme élargie de services multidisciplinaires, pour offrir au client un seul point de contact et une équipe unique dédiée à son projet. En tant que professionnel du domaine, je porte plusieurs chapeaux chez WSP, car nous sommes l’une des plus importantes firmes de géomatique au Canada, et faisons partie d’une entreprise multidisciplinaire encore plus vaste. Dans la plupart des projets, nos services géomatiques sont spécialisés de nature, mais de grande portée. Bien que nous ne formions qu’une petite partie de chaque équipe, nous touchons la plupart des aspects d’un projet en tant que gardiens des données spatiales, comme le souligne ma collègue Kelsey Davis : de la collecte de données aux présentations visuelles pour les ingénieurs et à la préparation de cartes pour les consultations publiques en passant par l’acquisition de droits sur des terres.


Projet de « rue complète » à Ottawa (Ontario).

L’un de mes plus récents projets, qui est d’ailleurs toujours en cours, consiste en la conception et la construction future d’une « rue complète » sur un important tronçon d’un corridor de transport en commun long de près de 30 coins de rue dans la ville de Calgary, dans le but d’intégrer des voies réservées aux autobus, des stations de transport rapide par bus (SRB), des trottoirs plus larges ainsi que des boulevards. Dans ce secteur de la ville important au plan historique, un certain nombre de défis se posent : il faut penser à la préservation des bâtiments historiques et lieux emblématiques, à répondre aux besoins des commerces des environs et s’assurer que la conception s’harmonise avec les surfaces existantes ainsi que les infrastructures de services publics. Des questions comme la hauteur des enseignes commerciales et l’élévation du trottoir et de la chaussée doivent être réglées afin de prendre les meilleures décisions possibles.


À la recherche de bornes cadastrales.

Le client final, la Ville et ses résidents possédaient déjà une grande quantité d’information géospatiale dès le début du projet, en raison des activités et de la gestion en continu d’un grand centre municipal. Ainsi, il n’a pas été nécessaire de réaliser une énorme acquisition de données; il a plutôt fallu valider les données fournies (LIDAR, lignes de propriété et cartographie des services publics). Ce dont nous avions besoin était des données relatives à des sites en particulier et nécessaires à l’établissement des limites de propriété, là où la conception indiquait que des portions de terres privées devraient être acquises à des fins publiques : l’évaluation des données probantes, élaborer et fournir une opinion professionnelle ainsi que résoudre les problèmes complexes de ré-établissement des limites lorsque les nouveaux lotissements avaient, par inadvertance, dérangé, voire outrepassé les données probantes. Sur les 30 pâtés de maisons que représentait ce projet, nous avons dû acquérir plus de 40 parcelles de terrain des propriétaires, dont certains possédaient des terres décrites ou définies dans des plans d’arpentage datant d’aussi loin que 1910.


Borne cadastrale trouvée sous l’asphalte et le béton.

Tant de choses ont changé depuis. Non pas seulement la technologie et les méthodes d’arpentage, mais aussi le paysage lui-même, l’utilisation des terres, et même le nom de la municipalité, qui a été annexée à la ville il y a plus de 50 ans. En revanche, certaines choses demeurent les mêmes : les bornes cadastrales (si elles existent encore) qui ont été placées originellement régissent toujours les limites de propriété. Si ces bornes principales demeurent introuvables, nous devons élargir notre champ de recherche pour trouver celles qui y sont liées, parfois quelques rues plus loin. Lorsque nous effectuons un tel sondage plus poussé, à chaque pas, nous devons rechercher de la rouille ou un indice de borne cadastrale, tout en essayant de comprendre pourquoi elle ne s’y trouve pas. Il est possible que les bornes cadastrales ne soient pas visibles, ne pointant pas à la surface d’une pelouse ou du sol poussiéreux... Elles peuvent être enfouies dans le paysage, dissimulées depuis une époque où l’aménagement des rues était bien différent. Alors nous les ciblons à partir d’autres informations et commençons à creuser. Or, ce trou pourrait être dans la cour de quelqu’un, un jardin qu’une personne a pris le temps d’entretenir pour qu’il soit joli...


Excavation appropriée d’une borne cadastrale enfouie afin de s’assurer que le site est laissé comme il a été trouvé.

En tant que professionnels, nous avons la responsabilité de la jouissance paisible du territoire. Nos agents et nous-mêmes devons toujours nous présenter de façon professionnelle.

 

Pour de plus amples renseignements au sujet de l’arpentage, de la géomatique ou de ce blogue, veuillez communiquer avec Chris Beaugrand, ing. ALS.